Violences envers les femmes dans le monde : l’etat de la situation

Violences envers les femmes dans le monde : l’etat de la situation

Suivant les Nations unies, une femme sur trois dans le monde a deja ete victime de violences physiques ou sexuelles lors de une vie. Etat de la situation : rapports d’enquetes, cartes, graphiques et chiffres par regions du monde.

Un fleau mondial

« La violence a l’egard des dames reste si repandue que tous d’entre nous est en mesure de faire quelque chose pour la combattre. Nous devons unir les forces afin d’effectuer disparaitre votre fleau, promouvoir une egalite pleine et entiere entre les sexes et edifier un monde dans lequel ces dames et les filles sont en marketing, comme chacune d’entre elles le merite et concernant le bien de l’humanite toute entiere ». C’est ainsi que Ban Ki-moon, secretaire general de l’ONU, a choisi de resumer cette situation dramatique le 25 novembre dernier, a l’occasion d’une Journee internationale pour l’elimination de la violence a l’egard des jeunes filles [1].

Faits et chiffres, selon l’ONU :

1 cousine concernant 3 au monde est victime de violence physique ou sexuelle, bon nombre du temps par le conjoint [2] ; ? Plus de 133 millions de filles ont subi une forme de mutilation genitale feminine dans les 29 pays d’Afrique et du Moyen-Orient ou une telle pratique est la plus courante ; ? Dans le monde, plus de 700 millions de femmes aujourd’hui mariees l’ont ete enfant, dont 250 millions avant l’age de 15 annees.

Chacune des regions de l’univers paraissent touchees : seuls les deux tiers des pays disposent de lois contre la violence conjugale, et 52 pays – sur les 197 reconnus avec l’ONU – ont explicitement criminalise le viol conjugal. Concretement, 2,6 milliards de dames ainsi que filles vivent dans des pays n’ayant gui?re explicitement criminalise le viol.

Toutes les categories socio-economiques et culturelles seront concernees

Meme quand il convient d’admettre que nos inegalites socio-economiques sont des facteurs aggravants, en particulier le chomage, la violence faite aux dames sevit dans toutes les categories sociales, economiques et culturelles, en milieu urbain ou rural et ce, qu’importe le contexte educatif ou religieux.

Niveau de securite des femmes dans le monde en 2014, d’apres WomanStats Project. © Atlasocio.com

Notre perception biaisee du phenomene proviendrait en realite de son traitement mediatique : « S’il vient d’un milieu aise, le criminel est traite avec bienveillance par les medias. S’il reste issu d’une couche defavorisee, et plus i  nouveau d’une famille immigree, la stigmatisation est de rigueur. Pourtant, la violence pointe les femmes des beaux quartiers bien autant que celles des banlieues » [3]. Le profil de l’agresseur n’est donc pas toujours celui que l’on s’imagine. « Cela s’agit en majorite d’hommes beneficiant via leur mission professionnelle d’un certain pouvoir. On remarque une proportion tres importante de cadres (67%), d’experts une sante (25%) et de membres en police ou de l’armee », commente le professeur Roger Henrion, membre de l’Academie nationale de medecine et responsable d’une etude menee pour le ministere une Sante [4].

Modes operatoires et qualifications penales

Pour le cas de la France, la formulation vehiculee avec les campagnes de sensibilisation « tuee sous des coups de son conjoint » sous-entend en premier lieu un deces accidentel. Or, au regard des chiffres, l’homicide involontaire demeure l’exception puisqu’il apparai®t comme seulement 5% des cas en 2015. Indeniablement, 74,38% des auteurs masculins ont utilise une arme (40 homicides par arme a feu, 38 par arme blanche, 10 avec « arme avec destination »), viennent ensuite sa strangulation (17), et les coups (6) [5]. Aussi, la volonte voire la premeditation de tuer sa femme est mise en exergue avec l’analyse des modes operatoires.

France : Homicides commis au cadre du couple

Differences penales entre « meurtre », « assassinat », ainsi, « violences volontaires » ? Assassinat : meurtre commis avec premeditation ou guet-apens (article 221-3 du code penal). ? Meurtre : fait de apporter volontairement la mort a autrui (article 221-1 du code penal). ? Les violences volontaires ayant entraine la mort sans intention d’la donner sont prevues par l’article 222-7 du code penal.

Sur le plan juridique, la Convention interamericaine dans la prevention, la sanction et l’elimination d’la violence contre l’actrice – dite « Convention de Belem do Para » – est le premier instrument contraignant relatif a Notre violence contre les femmes. Ce post, signe le 9 juin 1994 a Belem (Bresil), est ratifie via 32 des 34 Etats membres de l’Organisation des Etats americains entre aout et decembre 1995 [6]. Depuis, dix-huit codes penaux sud-americains (dont la Bolivie, l’Argentine, le Chili, le Costa Rica, la Colombie, Salvador, le Guatemala, le Mexique, ainsi, le Perou) qualifient le meurtre d’une cousine en raison de sa condition feminine de « feminicide ».

Ce terme, theorise par la sociologue americaine Diana E. H. Russell [7], reste employe en Europe au domaine des sciences humaines et sociales mais ne detient aucune realite juridique. sugar daddy for me match Quelques Etats europeens ont toutefois adopte des lois visant a lutter contre les violences faites a toutes les jeunes femmes : l’Espagne en 2004, et l’Italie en 2013.

Une violence conjugale trop souvent justifiee

Selon l’UNICEF [8], dans plus de la moitie des pays ou la violence conjugale reste constatee, ces dames la justifient plus encore que leurs partenaires masculins. Ainsi, au Burundi en 2013, 73 % des jeunes femmes contre 44% des hommes se disent qu’un mari est en droit de frapper son epouse si elle brule le repas, se dispute avec lui, sort sans le autorisation, neglige nos bambins ou refuse d’avoir des rapports sexuels. Cela en va de meme en Ethiopie ou 68 % des femmes trouvent ces violences legitimes contre 45 % des hommes, ainsi qu’au Cambodge (46% des jeunes filles contre 22% des hommes).

This entry was posted in sugar daddy for me gratuit. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *